Le taux d'emploi grimpe à 72,2% au troisième trimestre 2023

Au troisième trimestre 2023, 72,2% des 20-64 ans étaient au travail en Belgique, ce qui représente une hausse par rapport au deuxième trimestre 2023 (71,4%) et une stabilisation par rapport au troisième trimestre 2022. Le taux de chômage BIT des 15-64 ans est estimé à 5,6% au troisième trimestre 2023, contre 5,5% au trimestre précédent et 5,7% au troisième trimestre de l'an dernier. En chiffres absolus, le nombre de personnes occupées et de chômeurs augmente, ce qui entraîne une assez forte hausse du taux d’activité des 15-64 ans, qui s’élève à 70,8%. C’est ce qui ressort des nouveaux résultats de Statbel établis sur la base de l’Enquête sur les forces de travail (EFT).

Il apparaît en outre que le taux d’emploi a le plus augmenté à Bruxelles entre les deuxième et troisième trimestres 2023. Par rapport à un an plus tôt également, on observe une hausse du taux d’emploi à Bruxelles, alors que les autres régions affichent une stabilisation (Wallonie) ou une baisse (Flandre).

Bruxelles affiche également une évolution plus favorable du taux de chômage que les autres régions, bien qu’il y reste plus élevé qu’en Wallonie et qu’en Flandre.

L’évolution la plus frappante du taux de chômage concerne les 15-24 ans, une augmentation qui est plus souvent observée au cours d'un troisième trimestre parce que les jeunes diplômés sont activement à la recherche d'un emploi. Le taux de chômage des jeunes augmente de 13,9% à 18,7% entre les deuxième et troisième trimestres 2023, et est ainsi 0,5 point de pourcentage plus élevé qu’à la même période l’année dernière.

En plus des jeunes diplômés, de nombreux étudiants se proposent également pendant les mois d'été pour exercer un job d'étudiant, ce qui a entraîné une hausse du taux d'activité dans la classe d'âge la plus jeune entre le deuxième et le troisième trimestre. Au troisième trimestre 2023, le taux d’activité des 15-24 ans était de 34,4%. Ce chiffre est bien en-dessous du taux d’activité des 25-49 ans (86%) et des 50-64 ans (67,4%).

Il existe également de grandes différences sur le marché du travail en termes de niveau d’instruction. Au troisième trimestre 2023, on observe toutefois une évolution positive des taux d’emploi, de chômage et d'activité des personnes à faible niveau d’instruction.

Vous trouverez ci-dessous plus de détails sur les évolutions selon le sexe, la classe d’âge, la région et le niveau d’instruction.

72,2% des 20 à 64 ans exercent un emploi

Le taux d’emploi augmente par rapport au trimestre précédent

Après avoir chuté à 71,4% au deuxième trimestre 2023, le taux d’emploi augmente à nouveau au troisième trimestre pour atteindre 72,2%. En termes absolus, cela signifie qu’au troisième trimestre 2023, environ 4.886.000 personnes âgées de 20 à 64 ans étaient au travail en Belgique. Si l’on se penche sur la population âgée de 15 ans et plus, il s'agit de 5.039.000 personnes occupées, un record.

La hausse du taux de chômage est plus ou moins identique chez les femmes et les hommes. Chez les femmes, le taux d’emploi est de 68,5% au troisième trimestre 2023 et chez les hommes, 75,9% des 20-64 ans sont au travail (graphique 1). Par rapport au même trimestre l’année dernière, le taux d’emploi reste pratiquement stable, et ce tant pour les hommes que pour les femmes.


Évolutions selon la classe d’âge

En fonction de l'âge, on observe des tendances similaires dans les groupes de population des 20-54 ans et des 55-64 ans (graphique 2). Si l'on compare avec le trimestre précédent, le taux d’emploi augmente d’environ 1,1% dans les deux groupes. En revanche, par rapport à l’année dernière, on observe une évolution inverse dans les deux classes d’âge, avec une baisse du taux d’emploi des 20-54 ans et une hausse chez les plus de 55 ans. L'écart entre les taux d'emploi des deux classes d'âge reste grand: au troisième trimestre 2023, 76,5% des 20-54 ans exerçaient un emploi, contre 57,8% des 55-64 ans.


Bruxelles enregistre la plus forte hausse du taux d’emploi

Par rapport au deuxième trimestre 2023, on observe une hausse du taux d’emploi à Bruxelles et en Wallonie, la plus forte hausse étant survenue à Bruxelles. En Flandre, le taux d’emploi se stabilise (graphique 3).

Par rapport au troisième trimestre 2022, on observe une hausse du taux d’emploi à Bruxelles, une stabilisation en Wallonie et une légère baisse en Flandre.

Le taux d’emploi au troisième trimestre 2023 est estimé à 76,5% en Flandre, 68,2% à Bruxelles et 65,9% en Wallonie.


Le taux d’emploi des personnes à faible niveau d’instruction augmente

Après avoir affiché une baisse assez importante pendant deux trimestres consécutifs, le taux d’emploi des personnes à faible niveau d’instruction augmente au troisième trimestre 2023 (graphique 4). Le taux d’emploi des personnes à niveau d’instruction moyen affiche également une évolution positive entre les deuxième et troisième trimestres 2023, mais celui des personnes à niveau d’instruction élevé diminue.

Par rapport au troisième trimestre de l'an dernier, on observe une hausse du taux d’emploi des personnes à niveau d’instruction faible et élevé, et une légère baisse chez les personnes à niveau d’instruction moyen.

Les taux d’emploi des personnes à niveau d’instruction faible, moyen et élevé s’élèvent à 47,3%, 69% et 85,3% respectivement.


Le taux de chômage s’élève à 5,6%

Le taux de chômage des femmes augmente par rapport au deuxième trimestre 2023

Le taux de chômage BIT est estimé à 5,6% au troisième trimestre 2023, contre 5,5% au trimestre précédent. Chez les femmes, on observe une hausse de 4,9% à 5,3%. Chez les hommes, le taux de chômage s’élève à 5,9%, soit une légère baisse par rapport au deuxième trimestre (graphique 5). En termes absolus, il y a environ 297.000 chômeurs BIT: 132.000 femmes et 165.000 hommes.

Par rapport à l’année dernière, on observe peu de différences dans les taux de chômage des hommes et des femmes. Le taux de chômage des femmes, à l'époque comme aujourd'hui, était estimé à 5,3%, celui des hommes à 6%. Le taux de chômage global était alors de 5,7%.


Forte hausse du taux de chômage des jeunes à 18,7%

Le taux de chômage des jeunes (15-24 ans), qui affiche souvent un pic au troisième trimestre parce que les nouveaux diplômés recherchent activement un travail, augmente de 13,9% au deuxième trimestre 2023 à 18,7% au troisième trimestre (graphique 6). Ce chiffre est encore 0,5 point de pourcentage plus élevé qu’à la même période l’année dernière.

Les deux autres classes d’âge sont moins sujettes aux fluctuations que la classe d’âge la plus jeune. Chez les 50-64 ans, on observe une tendance à la baisse depuis plus longtemps, et chez les 25-49 ans, plutôt une stabilisation du taux de chômage. Le taux de chômage des 25-49 ans s’élève à 5,1%, et chez les plus de 55 ans, 2,8% de la population active sont des chômeurs BIT.


Le taux de chômage ne baisse qu’à Bruxelles entre les deuxième et troisième trimestres 2023

Au niveau régional, la baisse du taux de chômage à Bruxelles est la plus remarquable (graphique 7). On y observe une baisse entre les deuxième et troisième trimestres 2023 de 11,3% à 10%. La même baisse, de 11,3% à 10%, est observée par rapport à l'année précédente.

La Wallonie et la Flandre enregistrent une légère hausse du taux de chômage entre les deuxième et troisième trimestres 2023. Par rapport à un an plus tôt, on observe peu de différences dans le taux de chômage flamand et une légère hausse en Wallonie. Au troisième trimestre 2023, le taux de chômage s’élève à 8,3% en Wallonie et 3,5% en Flandre.


Baisse du taux de chômage des personnes à faible niveau d’instruction

Après avoir affiché une tendance à la hausse au premier semestre 2023, le taux de chômage des personnes à faible niveau d’instruction baisse à 13% au troisième trimestre 2023 (graphique 8). Le taux de chômage des personnes à niveau d’instruction moyen et élevé est beaucoup plus faible: 6,1% et 3,3% respectivement. Le taux de chômage des personnes à niveau d’instruction moyen reste assez stable entre les deuxième et troisième trimestres 2023, celui des personnes à niveau d’instruction élevé augmente à nouveau après deux trimestres de baisse.


Forte hausse du taux d’activité au troisième trimestre 2023

70,8% des 15-64 ans sont économiquement actifs

Lorsque le nombre de personnes occupées et le nombre de chômeurs augmentent, cela implique, du moins dans le cas d'une population stable, que le nombre de personnes inactives ou non économiquement actives diminue. C’est ce que l’on constate au troisième trimestre 2023. Par rapport au trimestre précédent, la population a augmenté d’environ 8.000 personnes, mais le nombre d’inactifs âgés de 15 à 64 ans a diminué de 79.000 unités grâce à une hausse du nombre de personnes occupées et de chômeurs de 15 à 64 ans de 73.000 et 14.000 personnes respectivement. La population d’inactifs âgés de 15 à 64 ans est estimée à 2.170.000 au troisième trimestre 2023.

En termes relatifs, si l’on regarde le taux d’activité (= part des personnes économiquement actives dans la classe d’âge des 15-64 ans), on observe une hausse, tant chez les femmes que chez les hommes (graphique 9).

Par rapport au troisième trimestre 2022, les taux d'activité des femmes et des hommes ont peu évolué. Le taux d’activité des 15-64 ans s’élève à 70,8%. La proportion est de 67,1% chez les femmes et de 74,5% chez les hommes.


Forte hausse du taux d’activité chez les jeunes

En ce qui concerne l’âge, on constate entre les deuxième et troisième trimestres 2023 une forte hausse du taux d'activité des jeunes et une légère hausse chez les 25-49 ans et les 50-64 ans (graphique 10). La forte hausse du taux d’activité des jeunes est due au fait que de nombreux jeunes diplômés se présentent en été sur le marché du travail et de nombreux étudiants ont un job d’étudiant.

Le taux d’activité des jeunes et des 25-49 ans était encore légèrement plus élevé il y a un an qu’au troisième trimestre de cette année. En revanche, le taux d’activité des 50-64 ans a légèrement augmenté par rapport à l'année dernière.

Le taux d’activité par classe d’âge au troisième trimestre 2023 s’élève à 34,4% chez les 15-24 ans, à 86% chez les 25-49 ans et à 67,4% chez les 50-64 ans.


Forte hausse du taux d’activité à Bruxelles et en Wallonie

Avec 73,9%, la Flandre connaît le taux d’activité le plus élevé des trois régions, mais au troisième trimestre 2023, celui-ci y a augmenté moins fortement qu’à Bruxelles et qu’en Wallonie, de sorte que l’écart entre la Flandre, d’une part, et Bruxelles et la Wallonie, d’autre part, se soit légèrement réduit (graphique 11). Le taux d’activité est estimé à 69,4% à Bruxelles et à 65,8% en Wallonie. Depuis le premier trimestre 2022, le taux d'activité est plus élevé à Bruxelles qu’en Wallonie.


Grandes différences du taux d'activité selon le niveau d’instruction

Le taux d’activité augmente entre les deuxième et troisième trimestres 2023 chez les personnes à niveau d’instruction faible et moyen, mais on observe une légère baisse chez les personnes à niveau d’instruction élevé (graphique 12). Le taux d’activité affiche de grandes différences entre les personnes à niveau d’instruction faible, moyen et élevé. Il est de 40,9% chez les personnes à niveau d’instruction faible, de 71% chez les personnes à niveau d’instruction moyen et de 88% chez les personnes à niveau d'instruction élevé.


Transitions sur le marché du travail

Sur la base des données du panel dont dispose l’Enquête sur les forces de travail, nous pouvons également observer les changements ou les transitions du statut des individus sur le marché du travail. Davantage d'informations à ce sujet sont disponibles ici. L'analyse de ces changements entre les troisièmes trimestres 2022 et 2023 indique notamment que 94% des personnes qui avaient un emploi l’an dernier sont toujours au travail. Pour les personnes qui ont un emploi temporaire, ce chiffre n’est que de 70%.

Note méthodologique

Les chiffres rapportés sont des estimations réalisées sur la base d'une enquête par sondage. Ils reposent sur un échantillon effectif d’un peu moins de 27.400 personnes (répondants) âgées de 15 à 89 ans, au troisième trimestre 2023. Cela représente environ 13.700 répondants en Flandre, 10.300 en Wallonie et 3.400 à Bruxelles.

L’Enquête sur les forces de travail est une enquête continue. Cela signifie que l'échantillon est réparti uniformément sur les 52 semaines (de référence) de l'année. Les répondants sélectionnés répondent à un questionnaire qui porte principalement sur leur activité durant une semaine de référence donnée. Les données présentées ici sont les moyennes du trimestre.

Étant donné que le questionnaire de l’EFT a changé depuis le premier trimestre 2021, de même que les définitions du BIT de l'emploi et du chômage, les graphiques présentés ici commencent au premier trimestre 2021 (et pas avant, car il y a une rupture entre le quatrième trimestre 2020 et le premier trimestre 2021).

Malgré la taille de l'échantillon sur lequel se basent les chiffres, il convient de prendre en compte une certaine marge d'incertitude des chiffres estimés (comme pour tous les résultats basés sur un échantillon). Afin d'accroître la lisibilité, nous ne signalons pas toujours si certaines évolutions sont significatives ou non. Il faut toutefois tenir compte du fait que des évolutions mineures d'un trimestre à l'autre ne sont généralement pas significatives. Nous conseillons dès lors de plutôt évaluer les tendances sur plusieurs trimestres, partant du principe que certaines fluctuations aléatoires de l'échantillon seront moins visibles de cette façon.

Les intervalles de confiance des taux d’emploi, de chômage et d’activité figurent aux annexes 1, 2 et 3.

Définitions

L'enquête est harmonisée au niveau européen. Les définitions de l’emploi et du chômage utilisées (voir onglet « documentation ») sont celles du Bureau international du Travail (BIT), garantissant ainsi la comparabilité des résultats à l’échelle internationale.

Le taux d’emploi des 20 à 64 ans représente le pourcentage de personnes occupées parmi la population totale âgée de 20 à 64 ans.

Le taux de chômage des 15 à 64 ans représente le pourcentage de chômeurs parmi la population active (personnes occupées + chômeurs) âgée de 15 à 64 ans.

Le taux d’activité des 15 à 64 ans représente le pourcentage de la population active (personnes occupées + chômeurs) parmi la population totale âgée de 15 à 64 ans.

Les personnes ayant un niveau d’instruction faible sont des personnes qui détiennent au mieux un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur. Les personnes ayant un niveau d’instruction moyen ont obtenu un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur, mais pas de diplôme de l’enseignement supérieur. Les personnes ayant un niveau d’instruction élevé ont un diplôme de l’enseignement supérieur.

Annexe 1: Intervalles de confiance du taux d’emploi des 20-64 ans (T3 2023)


Estimation
Intervalle de confiance
Limite inférieure
Limite supérieure
Belgique
72,2%
71,5%
72,9%
Hommes
75,9%
74,9%
76,9%
Femmes
68,5%
67,5%
69,5%
Région de Bruxelles-Capitale
68,2%
66,2%
70,2%
Région flamande
76,5%
75,5%
77,4%
Région wallonne
65,9%
64,5%
67,2%
20-54 ans
76,5%
75,7%
77,3%
55-64 ans
57,8%
56,3%
59,3%
Niveau d’instruction faible
47,3%
45,2%
49,3%
Niveau d’instruction moyen
69,0%
67,8%
70,1%
Niveau d’instruction élevé
85,3%
84,3%
86,2%

Annexe 2: Intervalles de confiance du taux de chômage des 15-64 ans (T3 2023)


Estimation
Intervalle de confiance
Limite inférieure
Limite supérieure
Belgique
5,6%
5,2%
6,1%
Hommes
5,9%
5,3%
6,5%
Femmes
5,3%
4,7%
5,9%
Région de Bruxelles-Capitale
10,0%
8,3%
11,7%
Région flamande
3,5%
3,0%
4,0%
Région wallonne
8,3%
7,3%
9,2%
15-24 ans
18,7%
16,0%
21,5%
25-49 ans
5,1%
4,6%
5,7%
50-64 ans
2,8%
2,3%
3,4%
Niveau d’instruction faible
13,0%
11,2%
14,8%
Niveau d’instruction moyen
6,1%
5,4%
6,8%
Niveau d’instruction élevé
3,3%
2,8%
3,7%

Annexe 3: Intervalles de confiance du taux d'activité des 15-64 ans (T3 2023)


Estimation
Intervalle de confiance
Limite inférieure
Limite supérieure
Belgique
70,8%
70,2%
71,5%
Hommes
74,5%
73,7%
75,4%
Femmes
67,1%
66,2%
68,1%
Région de Bruxelles-Capitale
69,4%
67,7%
71,1%
Région flamande
73,9%
73,0%
74,8%
Région wallonne
65,8%
64,7%
67,0%
15-24 ans
34,4%
32,6%
36,2%
25-49 ans
86,0%
85,3%
86,8%
50-64 ans
67,4%
66,2%
68,5%
Niveau d’instruction faible
40,9%
39,3%
42,5%
Niveau d’instruction moyen
71,0%
69,9%
72,1%
Niveau d’instruction élevé
88,0%
87,2%
88,9%


Source : Statbel

Mots clés

Articles recommandés

Prévisions économiques du printemps 2024: une expansion progressive dans un contexte de risques géopolitiques élevés

Faillites en hausse de 10% : existe-t-il des solutions ?

Nouvel arrêté royal sur l'ergonomie au travail et la prévention des TMS