La pression fiscale sur le travail en Belgique en 2023. L'OCDE confirme notre première place mondiale selon sa dernière étude!

La Belgique se distingue une fois de plus dans le dernier rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) concernant les impôts sur les salaires, occupant la pitoyable première place mondiale pour la pression fiscale sur le travail. Ce constat, qui coïncide avec les promesses électorales des partis politiques belges de réduire ces charges, souligne l'urgence d'une réforme fiscale.


Quels sont les principaux résultats du rapport de l'OCDE sur la pression fiscale en Belgique?

Le rapport révèle que la Belgique impose la plus lourde charge fiscale sur le travail parmi les pays membres de l'OCDE. Pour les célibataires sans enfants et les couples à double revenu, plus de la moitié du coût salarial est absorbée par les impôts et les cotisations sociales, avec des taux allant jusqu'à 59% pour les hauts revenus.


Comment se compare la Belgique avec d'autres pays?

La Belgique devance nettement des pays comme l'Allemagne, où le taux de prélèvement pour les célibataires avec un salaire moyen est de 47,9%. La moyenne pour les pays de l'OCDE en Europe oscille entre 41,5% et 46%, selon le niveau de revenu. La pression fiscale en Belgique est donc environ un quart plus élevée que celle de ses voisins européens.


Quelles sont les perspectives de changement selon les partis politiques belges?

Tous les principaux partis politiques en Belgique incluent dans leurs programmes électoraux des mesures visant à réduire la fiscalité sur le travail. Les propositions varient, incluant l'augmentation des seuils d'exonération d'impôt, la mise en place de plus de flexi-jobs non taxés, et des réformes fiscales plus globales qui touchent à la fois les revenus du travail et du capital.


Y a-t-il des signes d'amélioration par rapport aux années précédentes?

Comparativement à 2022, la pression fiscale a légèrement diminué en Belgique, avec une baisse de 0,3 point de pourcentage pour les célibataires sans enfant et un revenu moyen. Cette tendance représente une légère amélioration, contrastant avec la tendance générale à l'augmentation de la charge fiscale observée dans d'autres pays de l'OCDE.




Le dernier rapport de l'OCDE met en lumière une réalité difficile pour les travailleurs en Belgique, confrontés à une charge fiscale parmi les plus élevées au monde. Malgré des signes de progrès, la nécessité d'une réforme fiscale reste évidente, comme en témoignent les engagements des partis politiques. La mise en œuvre de ces réformes sera cruciale pour alléger la pression sur les travailleurs et améliorer la compétitivité économique de la Belgique.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter la publication de l'OCDE sur ce lien.

Mots clés

Articles recommandés

Vente de véhicules d’occasion : trop de dérapages !

La DPR wallonne sous le prisme de l’(in)égalité : voici mon nouveau décodage

Pour un budget équilibré, il faut cibler uniquement les dépenses