Les paiements numériques, déjà bien ancrés dans les habitudes des Belges, continuent d’augmenter !

Les paiements numériques* sont le moyen de paiement de prédilection des Belges, confirmant une tendance de fond qui se poursuit depuis plusieurs années. Cette année encore, ces derniers ont maintenu leurs habitudes en la matière et sont même de plus en plus à les utiliser.

Cette conclusion est étayée par les résultats du dernier Baromètre des Paiements Numériques, une étude Ipsos réalisée par la Vrije Universiteit Brussel pour le compte des partenaires Febelfin, Bancontact Payconiq Company, Mastercard, Visa et Worldline.

Paiement sans contact, avec code QR, avec un objet connecté mais aussi cryptomonnaies... le Baromètre revient sur les grandes tendances des paiements en Belgique. Il est également l’occasion de mettre à nouveau à l’honneur le Digital Payment Day le 1er juillet, une journée consacrée aux paiements numériques.

* Nous entendons par 'paiements numériques', les paiements par carte et les paiements mobiles.


4 Belges sur 5 utilisent les paiements par carte sans contact

Les paiements par carte sans contact, qui peinaient à s’imposer avant 2020, se sont normalisés et continuent de croître au fil des ans.

En effet, 79 % des Belges ont déjà payé au moins une fois avec une carte sans contact dans un magasin physique, contre 47 % seulement avant la crise sanitaire. L’année passée, ils étaient 74%.

Près de trois quarts des Belges indiquent également être à l’aise avec le paiement par carte sans contact contre 43 % avant la crise du coronavirus.

Bien que les paiements par carte sans contact soient devenus la norme pour la plupart des gens, les 35-44 ans se démarquent particulièrement : 86 % d’entre eux ont déjà payé au moins une fois sans contact, suivis par les 55-64 ans (83 %) et les 16-24 ans (81%).

En outre, les Belges ont une préférence pour les paiements par carte sans contact. En effet, 38 % d'entre eux déclarent que s'ils devaient choisir parmi toutes les formes de paiement disponibles, ils opteraient pour le paiement par carte sans contact.

La tendance actuelle en faveur des paiements par carte sans contact pourrait encore s’amplifier à l’avenir. En effet, 26 % des personnes qui n'ont pas encore adopté ce mode de paiement envisagent de l'utiliser. Cette statistique suggère que le paiement par carte sans contact pourrait encore gagner en popularité

L’utilisation des paiements mobiles continue de croitre, boostée par les plus jeunes

Le nombre de Belges effectuant des paiements mobiles (par code QR et objets connectés confondus) en magasin physique a augmenté : 44 % ont utilisé ce moyen de paiement en 2023, comparé à 40 % en 2022. Si on examine les différentes options de paiement mobile, il est à noter que 36 % des Belges ont déjà utilisé un code QR pour payer en magasin, tandis que 23 % ont opté pour un objet connecté (smartphone, montre connectée…)

Les Belges semblent de plus en plus à l'aise avec les paiements mobiles effectués via un code QR. En effet, 44 % des Belges affirment être à l'aise avec cette méthode en 2023, ce qui représente une légère augmentation par rapport aux 42 % enregistrés en 2022.

Il convient également de noter que les paiements mobiles par code QR sont populaires chez les jeunes: 50 % des 16-24 ans et 48 % des 25-34 ans ont déjà utilisé cette méthode.

Quant aux paiements avec un objet connecté, ils sont aussi essentiellement utilisés par les 25-34 ans (36%) et les 16-24 (35%).

C’est également parmi ces catégories d’âge que les paiements mobiles sont les plus cités comme moyens de paiement préférés : 23 % chez les 16-24 ans et 21 % chez les 25-34 ans (contre 11 % l’année dernière).

En outre, il semble que l'utilisation des paiements mobiles devrait continuer à augmenter à l'avenir. 26 % des personnes qui n'ont pas encore utilisé cette méthode de paiement envisagent de le faire dans le futur.

Les paiements numériques sont préférés au cash

D’après les résultats de l’enquête, 83 % des Belges préfèrent les paiements numériques. En moyenne, les Belges paient d’ailleurs deux fois plus souvent par voie électronique qu'en espèces dans les magasins physiques. Cela implique que de moins en moins de Belges gardent du cash sur eux. En effet, en moyenne, les Belges ont désormais 56 euros dans leur poche, contre 61 euros avant la crise du coronavirus (soit une diminution de plus de 8 %).

L’utilisation du cash continue de diminuer, mais de façon moins marquée que pendant la pandémie.

Les achats en ligne restent élevés

Les achats en ligne continuent d’être plébiscités. Ainsi, plus de 4 Belges sur 5 achètent des produits ou des services sur internet.

De manière générale, c’est la carte de débit qui est la plus utilisée pour ce faire, qu’importe le montant d’achat. On note toutefois que pour les montants moins élevés (<25 euros), les Belges utilisent plus souvent l'application bancaire que l’année dernière (23 % contre 19 %). Parallèlement, pour les achats plus coûteux (>50 euros), les Belges utilisent aussi, à côté de leur carte de débit, régulièrement leur carte de crédit.

L'utilisation des cryptomonnaies comme moyen de paiement gagne du terrain

Depuis quelques temps déjà, les cryptomonnaies font parler d’elles. Cela se ressent dans les chiffres de l’étude : la majorité des Belges ont déjà entendu parler de ces dernières (90 % contre 87 % en 2022). Toutefois, seul 1 Belge sur 5 en possède. En 2022, la situation était similaire.

Ce sont surtout les jeunes âgés de 16 à 24 ans (36 %) et de 25 à 34 ans (34 %) – surtout des hommes - qui sont les plus nombreux à en posséder. La possession de crypto-monnaies diminue au fur et à mesure que l'âge augmente.

La principale motivation des détenteurs de cryptomonnaies est l'investissement. C'est le cas de 28 % d’entre eux. La deuxième raison la plus importante de posséder de la cryptomonnaie est de pouvoir l’utiliser comme moyen de paiement (24 %).

La popularité des cryptomonnaies chez les plus jeunes souligne aussi l’importance de l’éducation financière à cet égard. C’est en tout cas dans ce sens que vont les partenaires : plus de sensibilisation pour plus de décisions financières éclairées. En effet, celle-ci est primordiale pour aider les consommateurs et investisseurs à comprendre les risques et les abus associés à ces nouvelles formes de monnaie.

Le 1er juillet : Digital Payment Day


Cette année encore, le 1er juillet est synonyme du Digital Payment Day. Les partenaires Febelfin, Bancontact Payconiq Company, Mastercard, Visa et Worldline ont, depuis quelques années, initié cette « journée des paiements numériques » pour encourager les consommateurs à privilégier les paiements numériques, que ce soit par carte, smartphone, montre ou tout autre objet connecté.

Cette date marque aussi les un an de la mise en place de la loi qui généralise les paiements numériques dans tous les commerces et professions libérales en Belgique. Le but de celle-ci est de permettre aux consommateurs de pouvoir payer avec un moyen de paiement numérique.

La nouvelle loi prend en compte l'évolution des habitudes de paiement et permet aux commerçants de mieux satisfaire les attentes de leurs clients. En effet, le refus de paiement numérique peut être un facteur décisif pour les clients : l’étude montre que plus d’un Belge sur 10 a déjà quitté un commerce où il n'était pas possible de payer de manière électronique.

Par ailleurs, deux tiers des Belges connaissent la nouvelle législation obligeant les commerçants à proposer un mode de paiement électronique, en plus du cash. Par rapport à l'année dernière, davantage de Belges indiquent qu'il ne leur est jamais arrivé de ne pas pouvoir payer par voie électronique. Cela peut être dû à cette nouvelle législation, mais il n'en reste pas moins que 3 personnes sur 5 ont indiqué ne pas avoir pu payer par voie électronique. Ainsi, malgré la nouvelle législation en vigueur depuis l’année dernière, il semble que les paiements électroniques ne soient pas encore acceptés partout (c’est particulièrement le cas dans le secteur de l’horeca et sur les marchés).


À propos du Baromètre des Paiements Numériques

Le Baromètre des Paiements Numériques est une compilation des résultats d’une enquête menée par la Vrije Universiteit Brussel sur les tendances de paiement en Belgique. Cette recherche a été menée au sein du département d'Economie Appliquée par le Professeur Dr. Leo Van Hove, professeur d'économie monétaire et la Dr. Ellen Van Droogenbroeck, assistante en macroéconomie et statistiques. Au cours du mois de mars de cette année, un échantillon représentatif de 1.187 Belges a été interrogé en ligne et par téléphone sur ses habitudes et préférences en matière de paiement. Les résultats permettent de mettre en lumière les comportements des Belges en matière de paiement et de retracer l'évolution des paiements numériques. Le Baromètre s’inscrit dans le cadre d’initiatives visant à promouvoir ces derniers. Il a été lancé en 2020 et les premiers résultats ont été publiés en 2021.

Mots clés

Articles recommandés

30 % de travailleurs en moins envisagent de changer de carrière par rapport à il y a 3 ans

Découvrez les 9 guides pratico-pratiques sur l’exportation !

Augmentation du chômage temporaire pour raisons économiques