L’hybride détrône l’essence : 59% des voitures vendues en 2023 sont hybrides ou électriques !

En l’espace de cinq ans, les voitures particulières électriques et hybrides ont dépassé la voiture essence en terme de part de marché. C’est ce qui ressort du premier bilan provisoire sur l’immatriculation des véhicules à moteur établi par Statbel, l’office belge de statistique.

Avec une part de marché de 59% en 2023, les voitures hybrides et électriques sont les voitures neuves les plus populaires en Belgique. Elles ne représentaient que 8% des ventes en 2019. En 2023, sur un total de 481.079 voitures vendues, 284.608 sont des hybrides et des électriques. En 2019, leur nombre était de 43.902 pour un total de 557.970 voitures vendues.

Face aux voitures hybrides et électriques, la voiture essence continue de perdre du terrain avec une part de marché de 32% en 2023. Cela représente une baisse de 18% par rapport à 2022 et 47% par rapport à 2019.

La part de marché des nouvelles voitures diesel a aussi fortement diminué pour descendre à 8% en 2023 contre 15% en 2022.

Nouvelles voitures particulières immatriculées par type de carburant


Après trois années consécutives de baisse, 589.874 véhicules neufs ont été immatriculées en Belgique. Parmi ces voitures, 481.079 sont des voitures particulières. Cela représente une hausse de 28% par rapport aux 374.597 voitures particulières de 2022.

En 2023, il y a eu presque deux fois et demi plus de ventes de voitures strictement électriques. 93.086 voitures électriques étaient vendues en 2023 contre 37.760 en 2022.

Les ventes de nouvelles voitures particulières hybrides (essence ou diesel + électrique) ont progressé de 44% de 133.184 voitures en 2022 à 191.522 en 2023.

En comparaison, la vente de voiture à essence n’a augmenté que de 6% avec 154.056 voitures en 2023 contre 145.998 en 2022.


77% des nouvelles voitures hybrides et électriques immatriculées en 2023 le sont par des entreprises et 23% par des particuliers.



Mots clés

Articles recommandés

Prévisions économiques du printemps 2024: une expansion progressive dans un contexte de risques géopolitiques élevés

Inflation en hausse : 4.9% en avril contre 3.8% en mars et 3.6% en février