Elections 2024 : découvrez en un clin d'oeil le programme fiscal des partis politiques!

Les élections approchent et les positions des partis sont connues. En ce qui concerne les thèmes électoraux, la fiscalité, après une réforme fiscale ratée, s'avère être un thème important. Ce n'est pas surprenant puisque cela est également lié à deux autres sujets préoccupants pour les gens, à savoir le pouvoir d'achat et le budget.

Nous avons compilé pour vous les positions des partis afin que vous puissiez voter en toute tranquillité le 9 juin.


Impôt sur le revenu des personnes physiques

Concernant l'impôt sur le revenu des personnes physiques, il est à noter que tous les partis s'engagent à réduire la pression fiscale sur le travail en augmentant l'écart entre travailler et ne pas travailler. Cependant, la manière de procéder varie d'un parti à l'autre.

Le CD&V part naturellement de la réforme fiscale proposée par le ministre Van Peteghem. La réduction de la pression fiscale sur le travail est réalisée ici en augmentant le montant de l'exonération fiscale au niveau du revenu d'intégration et en supprimant la contribution spéciale pour la sécurité sociale. Les tranches d'imposition sont également ajustées en réduisant les taux d'imposition de 25, 40 et 50 pour cent à 20, 35 et 45 %. Le taux de 50 % subsistera, mais ne s'appliquerait qu'aux revenus supérieurs à 96 640 euros au lieu de 46 440 euros actuellement.
Le CD&V souhaite introduire un impôt sur les gains en capital, où les revenus et les plus-values du capital seraient imposés. Cela inclurait toutefois une exonération fiscale distincte de 6 000 euros.

Groen souhaite également travailler avec l'exonération fiscale et l'augmenter jusqu'au seuil de pauvreté. Pour compenser le coût budgétaire de cela, Groen envisage un transfert des charges du travail vers le capital et la pollution. Groen plaide également pour la réforme des avantages extralégaux et pour rendre les contributions à la sécurité sociale des indépendants plus progressives et sociales, dans l'intérêt des petites entreprises.
Groen souhaite fusionner les revenus du travail et du capital et les imposer progressivement, et introduire un "impôt sur les millionnaires" sur les patrimoines nets supérieurs à 2,5 millions d'euros.

La N-VA souhaite réduire les charges sur le travail en supprimant la Contribution Spéciale de Sécurité Sociale et en réduisant les contributions patronales sur les salaires à 20 %. Pour compenser cette dernière mesure, il serait alors nécessaire de réduire les régimes favorables et les subventions salariales. Les retraités seraient encouragés à gagner un revenu supplémentaire, et ces gains seraient imposés à seulement 20 %. La N-VA veut un écart d'au moins 500 euros entre travailler et ne pas travailler.
En matière de patrimoine, la N-VA souhaite étendre l'exonération fiscale pour les dividendes à tous les revenus du capital.

Open VLD souhaite également un écart d'au moins 500 euros entre travailler et ne pas travailler. Open Vld veut supprimer la tranche d'imposition de 45 pour cent dans l'impôt sur le revenu des personnes physiques. De plus, Open Vld plaide pour l'expansion de la prime à l'emploi et pour l'expansion du système des jobs flexibles. Les indépendants bénéficieraient d'une déduction forfaitaire de 20 % sur leur bénéfice, avec un maximum de 20 000 euros.
En matière de patrimoine, Open Vld souhaite introduire une exonération générale de 1 800 euros pour tous les revenus mobiliers, quel que soit le produit financier dans lequel on a investi.

Le PTB souhaite réduire les impôts sur les bas et moyens revenus en fusionnant tous les revenus du travail et du capital et en les imposant de manière plus progressive. En ce qui concerne les contributions sociales des indépendants, il est proposé de les rendre progressives et d'abolir le plafond de contribution maximum.
Le PTB souhaite également introduire un "impôt sur les millionnaires" de 2 pour cent sur les patrimoines nets supérieurs à 5 millions d'euros, et de 3 pour cent pour les patrimoines nets supérieurs à 10 millions d'euros.

Vlaams Belang propose également d'augmenter le minimum exonéré jusqu'au niveau du revenu d'intégration afin de réduire la pression fiscale sur le travail. Les tranches dans l'impôt sur le revenu des personnes physiques seraient également ajustées dans la proposition de Vlaams Belang en réduisant le taux de 40 pour cent dans l'impôt sur le revenu des personnes physiques à 30 pour cent, et le taux de 45 à 40 pour cent. Le taux de 50% serait appliqué à partir de 61 000 euros.
Vlaams Belang souhaite, comme le CD&V, introduire un impôt sur les gains en capital, où tous les revenus du capital seraient imposés de manière égale.

Pour vous souhaite réduire la pression fiscale sur le travail et trouve les fonds nécessaires dans les économies sur l'appareil d'État.

Vooruit souhaite, comme le PTB, fusionner tous les revenus du travail et du capital et les imposer progressivement. Vooruit souhaite également réformer la contribution spéciale pour la sécurité sociale afin que les salaires plus élevés soient plus taxés.
Vooruit réformerait la taxe sur les transactions financières pour en faire une imposition annuelle sur les patrimoines financiers supérieurs à 1 million d'euros, doublant le taux à 0,3 pour cent.


Impôt sur les sociétés

Le CD&V souhaite réduire l'impôt sur les sociétés pour les PME de 20 à 15 pour cent pour une tranche d'imposition de 200 000 euros.

Groen souhaite augmenter le taux de l'impôt minimum international pour les multinationales à 25 pour cent et plaide pour un impôt européen sur les bénéfices excessifs.

La N-VA souhaite moins taxer les petites entreprises sur leur première tranche de bénéfice.

Open VLD souhaite transformer les subventions économiques aux entreprises en une réduction flamande de l'impôt sur les sociétés.

Le PTB souhaite, comme Groen, porter l'impôt minimum pour les multinationales à 25 pour cent et souhaite introduire une taxe numérique pour des entreprises telles qu'Amazon et Meta et imposer les bénéfices excessifs des banques, des entreprises énergétiques et alimentaires.

Vlaams Belang souhaite réduire le taux de l'impôt sur les sociétés de 25 à 20 pour cent.

Vooruit plaide, comme le PTB, pour l'introduction d'une taxe structurelle sur les bénéfices excessifs et souhaite, comme Groen et le PTB, augmenter le taux de l'impôt minimum international pour les multinationales de 15 à 25 pour cent.

Pour vous plaide, comme Open Vld, pour le remplacement des subventions économiques aux entreprises par des déductions fiscales.


TVA

Le CD&V souhaite mettre en œuvre les mesures de la réforme fiscale de Vincent Peteghem et souhaite supprimer la TVA sur les légumes, les fruits, les soins médicaux, les couches, les transports publics et le transport de personnes subventionné ou organisé par l'État. La TVA sur l'achat ou la location d'une maison de soins mobile serait également réduite.

Groen souhaite réduire la TVA sur les réparations et la mobilité partagée à 6 pour cent et supprimer la TVA sur les transports publics.

La N-VA réduirait les principales taxes sur les produits plus coûteux dans le caddie.

Open VLD souhaite ramener les taux de TVA dans l'hôtellerie pour les boissons non alcoolisées consommées sur place à 12 pour cent, comme pour les repas.

Le PTB souhaite supprimer la TVA sur les aliments et les produits de base.

Vlaams Belang plaide, comme le PTB, pour un taux de TVA de 6 pour cent sur les besoins de base tels que les aliments frais, l'eau, le gaz et l'électricité et, comme Open Vld, Vlaams Belang plaide également pour la réduction de la TVA sur toutes les boissons non alcoolisées dans l'hôtellerie. Toutefois, Vlaams Belang souhaite introduire la TVA sur les journaux et magazines.

Vooruit n'a pas de plans spécifiques pour des réductions de TVA.


Droits de succession

Le CD&V souhaite réformer les droits de succession en indexant les tranches d'imposition. Ils souhaitent également accorder une exemption plus élevée au partenaire survivant dans les droits de succession. Les failles dans les droits de succession doivent également être fermées pour le CD&V.

Groen souhaite, comme le CD&V, exclure les possibilités d'évasion dans les droits de succession et taxer plus lourdement les plus grandes successions pour réduire les taux pour les plus petites successions.

La N-VA souhaite abolir complètement les droits de succession à terme et souhaite commencer par exempter complètement le partenaire survivant et les enfants des droits de succession.

Open VLD souhaite, comme la N-VA, abolir complètement les droits de succession entre partenaires et éliminer les différences de taux entre les différentes catégories d'héritiers. Comme le CD&V, Open Vld souhaite également indexer les tranches d'imposition.

Le PTB souhaite augmenter les taxes sur les très grandes successions.

Vlaams Belang souhaite introduire une exemption de droits de succession jusqu'à 250 000 euros, tant pour les biens meubles qu'immeubles.

Vooruit souhaite également, comme Vlaams Belang, introduire une exemption fiscale de 250 000 euros pour les successions.


Droits d'enregistrement

Le CD&V souhaite rendre l'achat d'une maison moins cher en abolissant le droit d'hypothèque (1 %).

Groen plaide pour des droits d'enregistrement réduits pour les logements modestes grâce à des exemptions, et souhaite augmenter les droits d'enregistrement pour l'immobilier plus coûteux.

La N-VA souhaite réduire davantage les droits d'enregistrement pour l'achat d'une première maison à 1 pour cent.

Open VLD souhaite abolir les droits d'enregistrement sur l'achat de la première maison, tout comme le droit d'hypothèque. Open Vld souhaite également abolir le droit de partage.

Le PTB plaide également pour une réduction des droits d'enregistrement sur l'achat d'une première maison.

Vlaams Belang, comme plusieurs autres partis, souhaite également réduire les droits d'enregistrement pour l'achat de la première maison.

Vooruit souhaite exempter les droits d'enregistrement sur la première tranche de 250 000 euros lors de l'achat de la seule et propre maison. Le montant au-dessus de cette exemption serait imposé progressivement.

Mots clés

Articles recommandés