Les priorités au mauvais endroit…

Selon le Ministère de l'économie, la Belgique a un taux d'emploi de 73,1% en 2022. Selon Stabel, le taux d’emploi est de 64, 3% en Wallonie, de 65,3% à Bruxelles et de 76,6% en Flandre.

NP

Le Ministère de l'économie estime que pour atteindre un taux d'emploi de 80%, il faudrait avoir 600.000 personnes de plus au travail. Dans son article, R. Aernoudt évoque le chiffre de 581.000 personnes de plus au travail.

Selon M. Aernoudt toujours, un chômeur "coûte" à l'Etat environ 40.000 EUR. La secrétaire d'Etat au budget, Mme Bertrand, dit à peu près la même chose.

581.000 personnes en plus au travail, cela représente une économie de 23 milliard par an dans le budget de l'Etat. D'autres pays européens, dont nos voisins les Pays-Bas ou l'Allemagne ont un taux d'emploi qui atteint ou dépasse 80% et la Belgique se situe en dessous de la moyenne européenne. Si d'autres Etats ont pu le faire, on peut donc aussi le faire ...si il y a la volonté - et le courage - politique.

​A coté de cela, la réforme avortée du Ministre des finances prévoyait un tax shift - soit un glissement et pas une réduction d'impôt - de quelques 6 milliards. Cela avait donc du sens de lier la réforme fiscale avec la nécessaire réforme du marché de l'emploi, particulièrement en Wallonie et à Bruxelles.

Avec 23 milliards d'économies par an, on aurait en effet pu faire une vraie réforme fiscale et pas un ersatz imbuvable aboutissant à une minable réduction d'impôts sur le travail au prix de la suppression ou de la réduction de toute une série d'incitants fiscaux bénéfiques pour l'activité économique.

Ce gouvernement a décidément mis les priorités au mauvais endroit.​

Mots clés

Articles recommandés

Focus sur le rapport d’entreprise 2023 de la BNB

Découvrez les 9 guides pratico-pratiques sur l’exportation !

Savez-vous combien de jours fériés il y a en mai cette année : 2, 3 ou 4 ?