Plus de pouvoir d'achat sans une croissance économique plus forte est un mythe !

Ces dernières semaines, des promesses de plus de pouvoir d'achat viennent de tous les bords, mais la manière dont ce pouvoir d'achat doit être créé reste remarquablement silencieuse. Sans une croissance économique plus forte, il n'y a pas de place pour un pouvoir d'achat supplémentaire. Espérons que les partis pourront se concentrer dans les mois à venir sur "le comment" nous allons gagner ce pouvoir d'achat supplémentaire. Notre observateur de campagne, Bart Van Craeynest, fait l'analyse.


Dans la première phase de cette campagne électorale, l'attention économique était surtout portée sur le pouvoir d'achat. Les partis de tous les horizons veulent augmenter considérablement le pouvoir d'achat lors de la prochaine législature, bien que par différents moyens. Certains veulent augmenter les salaires et les allocations, tandis que d'autres pensent plutôt à réduire les impôts sur les salaires. Presque tous les partis passent assez facilement à côté du fait que le pouvoir d'achat moyen en Belgique a déjà considérablement augmenté ces dernières années : +7,4% lors de cette législature malgré la crise du corona et l'inflation (pour être clair, c'est donc en plus de l'inflation). De plus, ils ont (pour l'instant) peu d'idées crédibles sur d'où doit vraiment venir cette augmentation supplémentaire du pouvoir d'achat. Un pouvoir d'achat supplémentaire qui n'est pas basé sur des fondements économiques durables n'a évidemment pas beaucoup de sens.


Sans ce genre de mesures, les nombreuses promesses de plus de pouvoir d'achat ne sont guère plus que du vent.

--BART VAN CRAEYNEST, ÉCONOMISTE en chef du VOKA


Seule une croissance supplémentaire crée un pouvoir d'achat durable

Des salaires plus élevés, des allocations plus élevées ou des impôts plus bas peuvent sembler faciles, mais ils doivent néanmoins être financés. Des salaires plus élevés doivent être payés par les entreprises, des allocations plus élevées ou des impôts plus bas doivent être compensés dans le budget de l'État.

Les deux ont évidemment des implications : des augmentations de salaires trop fortes minent la position concurrentielle des entreprises, des augmentations de dépenses non financées ou des réductions d'impôts entraînent des déficits budgétaires croissants. Les deux ont déjà été douloureusement illustrés ces dernières années.

Avec l'indexation automatique des salaires, les salaires dans notre pays ont augmenté beaucoup plus rapidement que dans les pays voisins, et cela se répercute maintenant sur la position concurrentielle de nos entreprises exportatrices. Selon les dernières estimations du Bureau du Plan, les exportateurs belges verront leur part de marché sur les marchés internationaux réduite de près de 10% entre 2021 et 2029. Et le déficit budgétaire est estimé à un trop haut 4,6% du PIB pour cette année (ce qui augmentera encore dans les années à venir si la politique reste inchangée).

Ce que les politiciens qui promettent maintenant un pouvoir d'achat supplémentaire semblent oublier, c'est que ce pouvoir d'achat doit d'abord être créé. En théorie, il est possible de redistribuer le pouvoir d'achat disponible de manière à ce que certains groupes de la population s'en sortent mieux au détriment d'autres. Mais la Belgique fait déjà partie des pays les plus redistributifs d'Europe, et il y a des limites à la redistribution que vous pouvez pousser. Et de toute façon, cela ne crée pas de pouvoir d'achat supplémentaire au total. Un pouvoir d'achat supplémentaire n'est possible qu'avec une croissance économique supplémentaire.

À long terme, il y a (pas étonnamment, bien sûr) un lien très clair entre les deux : la croissance du pouvoir d'achat suit la croissance de l'économie. Tout politicien qui veut promettre un pouvoir d'achat supplémentaire de manière crédible doit donc venir avec des propositions pour renforcer notre potentiel de croissance. Et ce dernier est sous pression.


Potentiel de croissance faible

Avec une croissance de 1,5%, l'économie belge a remarquablement bien résisté l'année passée. C'est clairement mieux que prévu et aussi clairement mieux que les pays voisins. Cette surprise de croissance positive était entièrement due aux investissements des entreprises étonnamment forts. Malgré des taux d'intérêt plus élevés, des marges bénéficiaires en baisse et un climat conjoncturel international incertain, les entreprises ont investi pleinement. Les investissements dans la durabilité et la numérisation ont joué un rôle important à cet égard, et il est probable que cela concerne au moins partiellement des projets d'investissement qui avaient déjà été lancés auparavant. Quoi qu'il en soit, il est peu probable que cette forte dynamique d'investissement soit maintenue au même rythme dans les années à venir.

En outre, un certain nombre de moteurs de croissance importants de notre économie sont sous pression :

  • nos exportations étaient en 2023 13% (en volume) plus basses qu'en 2022,
  • la capacité d'utilisation dans l'industrie est clairement en dessous de la moyenne à long terme, dans la chimie elle est même historiquement basse,
  • les perspectives de demande dans la construction flirtent avec des niveaux de crise profonds antérieurs, ...

Des parties importantes de notre économie traversent une période difficile, même si le tableau conjoncturel pourrait s'éclaircir plus tard cette année. Mais structurellement, notre potentiel de croissance est également sous pression. Selon les estimations du Bureau du Plan, notre croissance potentielle glissera dans les années à venir à 1,2% par an. C'est faible, et aura inévitablement des implications à long terme pour un renforcement réaliste du pouvoir d'achat.


Concentration sur les mesures renforçant la croissance

La condition nécessaire pour un pouvoir d'achat supplémentaire est de toute façon une croissance économique plus forte. Cela a à peine été abordé dans les premières interviews de campagne, débats et discours. Les promesses d'un pouvoir d'achat supplémentaire sans une croissance économique plus forte sont toutefois des mythes. Travailler moins longtemps, augmenter les impôts sur les entreprises ou chasser les multinationales n'aidera pas. Au contraire, ce genre de mesures freinera davantage notre croissance économique et cela signifie inévitablement aussi moins de potentiel pour une augmentation supplémentaire du pouvoir d'achat.

Les recettes pour renforcer notre croissance potentielle sont d'ailleurs déjà connues depuis longtemps (et ont déjà prouvé leur efficacité dans d'autres pays) :

  • un marché du travail plus efficace,
  • mettre davantage l'accent sur l'apprentissage tout au long de la vie,
  • des investissements publics nettement plus élevés,
  • une numérisation plus poussée,
  • des efforts supplémentaires pour l'innovation, une meilleure éducation,
  • une fiscalité plus favorable à la croissance,
  • un meilleur climat d'entreprise (avec, entre autres, des permis plus faciles à obtenir), ...

Il est resté remarquablement silencieux sur ce genre de mesures jusqu'à présent. Mais sans croissance supplémentaire, il n'y a pas de pouvoir d'achat supplémentaire. Sans ce genre de mesures, les nombreuses promesses de plus de pouvoir d'achat ne sont guère plus que du vent.

Mots clés

Articles recommandés

Le secteur financier soutient un meilleur accès aux formes alternatives de financement pour les entrepreneur-e-s

Promesses, promesses, promesses… Après le Bureau du Plan, voici mon décodage!

Face aux évolutions technologiques rapides, l’OCDE met à jour les principes sur l’IA