Train européen de mesures sur l'innovation dans le domaine de l’IA

La Commission a lancé ce 24 janvier un train de mesures visant à soutenir les jeunes pousses et les PME européennes dans le développement d'une intelligence artificielle (IA) digne de confiance, qui respecte les valeurs et les règles de l'UE. Cela fait suite à l' accord politique conclu en décembre 2023 sur la législation de l'UE sur l'IA, la première loi globale sur l'intelligence artificielle au monde, qui soutiendra le développement, le déploiement et l'adoption d'une IA digne de confiance dans l'UE.

Dans son discours sur l' état de l'Union de 2023, la présidente von der Leyen a annoncé une nouvelle initiative visant à mettre les supercalculateurs européens à la disposition de jeunes entreprises européennes innovantes dans le domaine de l'IA afin de former leurs modèles d'IA dignes de confiance.

Dans un premier temps, la Commission a lancé, en novembre 2023, le grand défi de l'IA, un prix offrant un soutien financier aux jeunes entreprises dans le domaine de l'IA et un accès au supercalcul.

Un large éventail de mesures

Le train de mesures présenté met cet engagement en pratique au moyen d'un large éventail de mesures visant à soutenir les jeunes pousses et l'innovation dans le domaine de l'IA, y compris une proposition visant à fournir un accès privilégié aux supercalculateurs aux start-up de l'IA et à la communauté de l'innovation au sens large.

  • Une modification durèglement EuroHPCen vue de créer des installations d'IA, un nouveau pilier pour les activités de l' entreprise commune «supercalculateurs» de l'UE. Il s'agit notamment:
    • Acquisition, mise à niveau et exploitation de supercalculateurs dédiés à l'IA afin de permettre l'apprentissage automatique rapide et la formation de grands modèles d'IA à usage général (GPAI);
    • Faciliter l'accès aux supercalculateurs dédiés à l'IA, en contribuant à élargir l'utilisation de l'IA à un grand nombre d'utilisateurs publics et privés, y compris les jeunes pousses et les PME;
    • Offrir un guichet unique pour les jeunes entreprises et les innovateurs, soutenir l'écosystème de la start-up et de la recherche dans le domaine de l'IA en matière de développement algorithmique, de tests d'évaluation et de validation de modèles d'IA à grande échelle, en fournissant des installations de programmation adaptées aux superordinateurs et d'autres services de soutien à l'IA;
    • Permettre le développement d'une série d'applications d'IA émergentes fondées sur des modèles d'IA à usage général.
  • Une décision de créer un bureau de l'IA au sein de la Commission, qui assurera le développement et la coordination de la politique en matière d'IA au niveau européen, et supervisera la mise en œuvre et l'application de la future législation sur l'IA.
  • Une communication de l'UE sur les start-up et l'innovation dans le domaine de l'IAdécrivant d'autres activités clés:
    • Soutien financier de la Commission dans le cadre d' Horizon Europe et du programme pour une Europe numérique consacré à l'IA générative. Ce train de mesures générera un investissement public et privé supplémentaire d'environ 4 milliards d'euros jusqu'en 2027;
    • Accompagner les initiatives visant à renforcer le réservoir de talents génératifs de l'UE dans le domaine de l'IA grâce à des activités d'éducation, de formation, de qualification et de reconversion professionnelle;
    • Encourager davantage les investissements publics et privés dans les jeunes pousses et les entreprises en expansion dans le domaine de l'IA, y compris au moyen du capital-risque ou du soutien en fonds propres (y compris par de nouvelles initiatives du programme d'accélération du CEI et d' InvestEU);
    • L'accélération du développement et du déploiement d' espaces européens communs de données, mis à la disposition de la communauté de l'IA, pour laquelle les données constituent une ressource essentielle pour former et améliorer leurs modèles. Un nouveau document de travail des services de la Commission sur les espaces européens communs des données a également été publié aujourd'hui, qui présente l'état d'avancement des travaux;
    • L' initiative «GenAI4EU», qui vise à soutenir le développement de nouveaux cas d'utilisation et d'applications émergentes dans les 14 écosystèmes industriels européens, ainsi que dans le secteur public. Les domaines d'application comprennent la robotique, la santé, la biotechnologie, l'industrie manufacturière, la mobilité, le climat et les mondes virtuels.

La Commission met également en place, avec un certain nombre d'États membres, deux consortiums pour une infrastructure numérique européenne (CIED):

  • L' «Alliance pour les technologies linguistiques» (ALT-EDIC) vise à développer une infrastructure européenne commune dans les technologies linguistiques afin de remédier à la pénurie de données linguistiques européennes pour l'entraînement des solutions d'IA, ainsi que de défendre la diversité linguistique et la richesse culturelle de l'Europe. Cela soutiendra le développement de grands modèles linguistiques européens.
  • L'EDIC «CitiVERSE» appliquera des outils d'IA de pointe pour développer et améliorer les jumeaux numériques locaux pour les communautés intelligentes, en aidant les villes à simuler et à optimiser les processus, de la gestion du trafic à la gestion des déchets.

Communication AI@EC

La Commission a également adopté aujourd'hui une communication exposant son propre approche stratégique de l'utilisation de l'intelligence artificielle. Avec cette vision stratégique, la Commission anticipe et prépare en interne la mise en œuvre de la législation de l'UE sur l'IA. Il comprend des actions concrètes sur la manière dont la Commission renforcera les capacités institutionnelles et opérationnelles pour garantir le développement et l'utilisation d'une IA digne de confiance, sûre et éthique. La Commission se prépare également à soutenir les administrations publiques de l'UE dans leur propre adoption et utilisation de l'intelligence artificielle.

Prochaines étapes

Le Parlement européen et le Conseil vont maintenant examiner les modifications proposées par la Commission au règlement établissant l'entreprise commune pour le calcul à haute performance européen.

Le bureau de l'IA sera créé au sein de la Commission. L'Office de l'IA mettra en œuvre la future législation sur l'IA au niveau de l'UE et supervisera les règles applicables aux modèles et systèmes d'IA à usage général. Il devrait devenir un organe central de coordination de la politique en matière d'IA au niveau de l'UE et coopérer avec les autres services de la Commission, les organes de l'UE, les États membres et la communauté des parties prenantes. Il aura une vocation internationale et promouvra l'approche de l'UE en matière de gouvernance de l'IA et contribuera aux activités internationales de l'UE dans ce domaine. Plus généralement, le bureau de l'IA devrait renforcer ses connaissances et sa compréhension en la matière et favoriser l'adoption et l'innovation de l'IA.

La décision de créer l'Office de l'IA entre en vigueur le 24 janvier, les opérations débutant dans les mois suivants.

Les États membres vont maintenant mettre en place les consortiums pour les infrastructures numériques européennes ALT-EDIC et CitiVERSE avec le soutien de la Commission.

Contexte

Depuis des années, la Commission facilite et favorise la coopération en matière d'IA dans toute l'Europe afin de renforcer la compétitivité européenne et de garantir la confiance fondée sur les valeurs de l'UE. Le livre blanc de la Commission sur l'IA, publié en 2020, définit une vision claire de l'IA en Europe: un écosystème d'excellence et de confiance.

En avril 2021, la Commission a proposé la législation de l'UE sur l'IA et un nouveau plan coordonné avec les États membres, afin de garantir la sécurité et les droits fondamentaux des personnes et des entreprises, tout en renforçant les investissements et l'innovation dans les pays de l'UE. La législation de l'UE sur l'IA a été adoptée à titre provisoire par les colégislateurs en décembre 2023 et constitue la première loi globale sur l'intelligence artificielle au monde.


Pour plus d'informations

Communication de l'UE sur les start-up et l'innovation en matière d'IA

Modification du règlement établissant l'entreprise commune pour le calcul à haute performance européen

Législation européenne sur l'intelligence artificielle

Décision de la Commission portant création du Bureau européen de l'intelligence artificielle

Pacte pour l'IA

Consortium pour une infrastructure numérique européenne (CIED)

Document de travail des services de la Commission sur les espaces européens communs de données

Cette page a été traduite par traduction automatique. Revenir à la langue d’origine. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité pour la qualité et l’exactitude de cette traduction automatique.

Source : Commission Européenne, janvier 2024

Mots clés

Articles recommandés

Vente de véhicules d’occasion : trop de dérapages !

La DPR wallonne sous le prisme de l’(in)égalité : voici mon nouveau décodage

Mise en oeuvre de la facturation electronique obligatoire : le Conseil Supérieur des indépendants et des PME tire la sonnette d'alarme