Apprentissage tout au long de la vie ? Un adulte sur quatre a suivi un enseignement ou une formation en 2023

Statbel, l'office belge de statistique, publie deux indicateurs qui mesurent l’apprentissage tout au long de la vie des 25-64 ans, sur la base de l’Enquête sur les forces de travail.

L'année dernière, en moyenne une personne âgée de 25 à 64 ans sur quatre a suivi une formation: 25,6% en 2023, soit une augmentation par rapport à 2022, lorsque ce chiffre était de 21,5%.

Si l'on examine uniquement les personnes ayant participé à une formation le mois précédant l'enquête, le pourcentage est de 11,1%, aussi une légère hausse par rapport à l’année précédente (10,3%).

Ce que l'on entend par formation ...

L'enquête examine si une personne a suivi une formation au cours des quatre dernières semaines, d’une part, et au cours de l'année écoulée, d’autre part. On entend par « formation » toutes les formations formelles et non formelles. Les formations formelles sont des formations reconnues par les ministères de l’enseignement et donnent généralement lieu à l’établissement d’un diplôme ou d’un certificat, comme un diplôme de Master ou un certificat de formation pour adultes. Les formations non formelles sont des formations qui se déroulent en dehors de ce contexte mais qui sont tout de même organisées de manière structurée, par exemple un cours sur la santé organisé par la mutuelle ou un séminaire en ligne sur la gestion du temps organisé par un entrepreneur indépendant. L'auto-apprentissage et l’apprentissage informel ne sont pas pris en compte.

Avec ce chiffre d’une personne âgée de 25 à 64 ans sur quatre, la Belgique est encore loin de l'objectif européen formulé début 2021 dans le cadre de l’Espace européen de l’éducation [1]: 47% des adultes (25-64 ans) devraient avoir participé à une activité d'apprentissage au cours des 12 derniers mois d’ici à 2025. L’année passée, nous avons toutefois fait un grand pas en avant. Ces chiffres sont disponibles pour la Belgique depuis 2005.


(a) Rupture dans les résultats en raison d'une réforme de l'Enquête sur les forces de travail.
(b) Rupture dans les résultats en 2021 en raison de la révision du questionnaire et de la modification des définitions du BIT du chômage et de l’emploi

Les résultats de plus près

Si l'on se penche sur la répartition en différents groupes, nous ne voyons presque aucune différence selon le sexe. Cependant, nous constatons de nettes différences selon le niveau d’instruction: 9,5% des personnes ayant au plus un diplôme de l'enseignement primaire suivent une formation, contre 18,9% des personnes ayant un diplôme de l'enseignement secondaire supérieur. 38,5% des personnes titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur suivent une formation. Le taux de formation reste le plus élevé en Région de Bruxelles-Capitale avec 33,4%. Il est de 26,0% en Région flamande et de 22,1% en Région wallonne. Les jeunes de 25 à 34 ans sont plus de deux fois plus susceptibles de suivre une formation que les adultes de 55 à 64 ans: 32,7% contre 16,1%. Les autres groupes d'âge se situent entre les deux, avec 29% (35-44 ans) et 25% (45-54 ans). La santé joue également un rôle important dans la participation à une formation: 31,2% des personnes en très bonne santé suivent une formation, contre seulement 4,2% à 7,7% des personnes en (très) mauvaise santé.

Selon le statut sur le marché du travail, on constate que 29,4% des personnes occupées suivent une formation, contre 20,7% des chômeurs et seulement 13,0% des inactifs. L’augmentation est surtout marquée chez les personnes occupées. L'apprentissage tout au long de la vie peut, par exemple, aider à changer facilement d'emploi.

Si l’on se penche uniquement sur le lieu d’emploi, on constate que les personnes qui travaillent en Région de Bruxelles-Capitale suivent le plus souvent une formation (34,4%). C’est plus qu’en Région flamande (29,8%) et qu’en Région wallonne (24,9%).

On constate également des différences frappantes entre les secteurs: dans les organisations extra-territoriales, le secteur financier, l’enseignement, les activités spécialisées, scientifiques et techniques, la production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné et les administrations publiques, plus de 35% des personnes ont suivi une formation l’année précédente. Les trois secteurs où la participation à une formation est la plus faible (et les observations suffisantes) sont la construction, les activités de services administratifs et de soutien et l'horeca où moins d’une personne sur cinq suivait une formation.

Les personnes ayant un emploi temporaire participent davantage à une formation (39,2%) que celles ayant un emploi fixe (28,8%). En revanche, un nombre plus ou moins équivalent de personnes occupées à temps plein (29,4%) que de personnes occupées à temps partiel (29,3%) participent à une formation.

Formation au cours des quatre dernières semaines

Outre l'indicateur sur la participation à une formation au cours des 12 derniers mois, l'Enquête sur les forces de travail évalue également la participation à une formation au cours des quatre dernières semaines. 11,1% des Belges ont participé à une formation au cours des quatre semaines précédant l’enquête en 2023. Cet objectif est lui aussi assorti d'objectifs internationaux. Les objectifs de développement durable (SDG) visent à ce que, d'ici 2030, 15% de la population ait suivi une formation au cours des quatre dernières semaines.

Les personnes à niveau d’instruction faible sont les moins susceptibles de suivre une formation: seuls 4,6% des personnes ayant au plus un diplôme de l’enseignement secondaire inférieur ont suivi une formation le mois dernier. Pour les personnes ayant un niveau d'instruction moyen et élevé, ces chiffres sont respectivement de 7,6% et 16,6%. Au niveau régional, nous constatons aussi à nouveau que la Région de Bruxelles-Capitale présente le niveau de formation le plus élevé: 15,6%, soit plus qu’en Région flamande (11,2%) et qu’en Région wallonne (9,1%). Sur une période de 4 semaines, les chômeurs sont plus enclins à suivre une formation (13,6%) que les personnes occupées (11,3%) et les inactifs sur le marché du travail (9,8%). Les jeunes sont beaucoup plus susceptibles de suivre une formation: 16,1% des 25-34 ans ont suivi une formation au cours des quatre dernières semaines. Chez les 35-44 ans, ce chiffre tombe à 12,3% et à 6,0% chez les 55-64 ans.

Les personnes ayant un emploi temporaire ont également plus souvent indiqué avoir suivi une formation (21,4%) au cours des dernières semaines que les personnes ayant un contrat permanent (10,3%). Les personnes occupées à temps plein (10,8%) et à temps partiel (11,4%) ont suivi une formation à peu près aussi souvent au cours des quatre dernières semaines.


[1] https://education.ec.europa.eu/resources-and-tools/education-and-training-statistics

Mots clés

Articles recommandés

Prévisions économiques du printemps 2024: une expansion progressive dans un contexte de risques géopolitiques élevés

Inflation en hausse : 4.9% en avril contre 3.8% en mars et 3.6% en février

Avril 2024 : 925 faillites ont été comptabilisées par les tribunaux de l'entreprise.