Facteurs-clés pour les travailleurs ? Salaire brut, flexibilité et la proximité du domicile

Les PME continuent à subir de plein fouet la guerre des talents, car la moitié des employeurs belges sont toujours confrontés à une pénurie de personnel. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par le groupe de services RH Liantis auprès de 1 043 employeurs.

Que faut-il selon les employeurs offrir pour attirer de nouveaux collaborateurs ? Plusieurs critères dominent largement : le fait de travailler près de chez soi, la flexibilité et le salaire brut. Selon 63,4 % des employeurs, la possibilité de travailler près de son domicile a clairement gagné en importance ces dernières années.

Pénurie de personnel

49,3 % des employeurs de notre pays déclarent être confrontés à une pénurie de personnel, comme le révèle une enquête menée cet automne par le groupe de services RH Liantis auprès de plus de mille employeurs. « Cela prouve que le marché du travail ne tourne pas encore tout à fait au ralenti. Attirer des talents et les garder reste un défi énorme pour les employeurs », explique Laurence Vanparys de Liantis Consult.

Moins de déplacements domicile-lieu de travail

Liantis a également interrogé les employeurs sur ce que les travailleurs attendent d’un employeur et sur ce qui les décide ou pas à accepter un emploi. La question concrète était la suivante : « Dans quelle mesure les travailleurs ont-ils accordé plus ou moins d’importance à certains facteurs au cours des deux dernières années au moment de choisir un employeur ? »

Cette question a suscité des réponses étonnantes : en haut du classement se trouvent le fait de pouvoir travailler près de chez soi et/ou la possibilité d’emprunter un itinéraire sans bouchons. Selon 63,4 % des employeurs, ces critères ont pris énormément d’importance. Les critères suivants dans le classement sont la flexibilité des horaires de travail (60,6 %), le salaire brut (58,9 %), le nombre de jours de congé (56,1 %) et les avantages extralégaux (51,3 %). Autant d’éléments qui, selon les employeurs, gagnent en importance depuis quelques années.

« Nous observons que de très nombreux employeurs continuent à largement se focaliser sur le salaire brut. Or, l’enquête révèle que les collaborateurs ont également d’autres attentes. La flexibilité au travail – qu’il s’agisse des horaires, des jours de vacances, de l’organisation du travail ou encore du choix du lieu de travail – est un facteur qui peut permettre aux entreprises de faire la différence. Les PME font parfois part de leurs difficultés à rivaliser avec les grands acteurs, alors que ce sont elles qui disposent davantage de tels atouts. Prenons l’aspect lié à la proximité : de nombreuses PME peuvent certainement mettre ce point en avant dans leur recherche de candidats », poursuit Laurence Vanparys.

D’autres critères restent en revanche les mêmes : c’est le cas de l’existence d’un programme de durabilité et de l’offre de voitures électriques. Respectivement 27 % et 24,2 % des employeurs déclarent à ce sujet que les collaborateurs y accordent la même importance qu’il y a deux ans.

Esprit d’équipe

Un dernier aspect important de l’enquête est la place prépondérante qu’occupe l’esprit d’équipe. Selon 56,9 % des employeurs, ce point est devenu beaucoup plus essentiel ces dernières années. « Nous constatons que les candidats peuvent être attirés par des critères très divers. Il y a non seulement l’aspect financier, comme le salaire et la rémunération extralégale, par exemple les chèques-repas et les éco-chèques, mais des aspects non financiers jouent aussi un rôle déterminant. L’équilibre entre vie privée et vie professionnelle a énormément de poids.

Des questions liées à une bonne culture d’entreprise et un bon esprit d’équipe doivent donc certainement faire partie du panel global mis en place pour attirer des collaborateurs et les fidéliser. Les formations et l’envie d’apprendre au sein d’une entreprise peuvent également faire pencher la balance en faveur d’un employeur.

Un bon conseil ? Veillez à offrir une rémunération conforme au marché et surtout équitable et transparente pour éviter que le salaire soit le principal sujet abordé tant lors du recrutement de collaborateurs que pour les retenir. La discussion pourra ainsi rapidement porter sur une politique RH équilibrée et mûrement réfléchie », conclut Laurence Vanparys.

Mots clés

Articles recommandés

Cybersécurité PME/TPE: garantissez votre activité !

30 % de travailleurs en moins envisagent de changer de carrière par rapport à il y a 3 ans