Un télétravailleur belge sur trois a déjà travaillé depuis l'étranger. Une pratique de plus en plus faisable.

À partir de cet été, le principal prestataire de solutions RH introduira l'option structurelle de « workation » dans tous les pays européens où il possède une entité juridique. SD Worx offrira ainsi aux employés encore plus de flexibilité et d'autonomie pour leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Carole Ceillong, employée chez SD Worx, pratique déjà le workation et est très enthousiaste que cette solution devienne structurelle. Les formalités administratives sous-jacentes sont prises en charge pour elle par l’entreprise.

1 télétravailleur belge sur 3 a déjà travaillé à l'étranger

Selon une récente enquête de SD Worx menée auprès de près de 5 000 employeurs et de quelque 16 000 employés dans 16 pays européens, 34 % des télétravailleurs en moyenne peuvent également télétravailler depuis l'étranger. La Norvège arrive en tête avec 51 %, tandis qu'en France, ce chiffre est de 20 %. Les employés belges, avec 31 %, sont légèrement en dessous de la moyenne européenne de 34 %.


Une nouvelle politique avec des lignes directrices pour se conformer à la loi

SD Worx a établi un règlement de travail avec des lignes directrices claires:

  • La durée du « workation » doit être discutée avec le supérieur hiérarchique direct afin d'examiner les possibilités et d'obtenir son approbation.
  • Le « workation » est limité à des collègues occupant des postes compatibles et la période ne dépasse pas quatre semaines par an (20 jours ouvrables).
  • Il n'est possible que dans les pays où SD Worx dispose d'une entité juridique.

Ces lignes directrices garantissent le respect des lois et réglementations locales. En même temps, elles offrent un environnement de travail sûr et sécurisé aux employés de SD Worx. La politique permet également de garantir la capacité de travail et de continuer à servir les clients sans heurts. Enfin, elle permet aux employés éligibles de profiter de cette opportunité.

Bien entendu, l'employé doit aménager le lieu de travail choisi de manière à ce qu'il soit adapté. L'infrastructure nécessaire, telle qu'une connexion internet, un PC, une imprimante, un bureau, doit être en place. Il incombe à l'employé de vérifier si le lieu de travail répond aux exigences en matière de santé et de sécurité. Les heures de travail d'une journée de travail à domicile ou dans un lieu choisi ailleurs ne diffèrent pas d'une journée de travail normale que l'employé effectuerait dans les bureaux de l'employeur.

Un « workation » nécessite une déclaration auprès des autorités locales de sécurité sociale. L'employé doit donc déposer sa demande 20 jours ouvrables avant la date de début du stage. En plus des séjours. Les collègues de SD Worx utilisent à cette fin Protime, un outil d'enregistrement du temps et des présences disponible via l'application mysdworx.

À propos de l’enquête

SD Worx, l’un des principaux prestataires européens de solutions RH, s’engage à trouver la correspondance parfaite entre les besoins de l’activité, des RH et des employés et à favoriser ainsi le succès et la croissance durable des organisations. Des enquêtes approfondies menées auprès des employeurs et des employés offrent des perspectives sur les perceptions, les opinions et les convictions de chacun envers le travail et le marché de l’emploi. Le questionnaire de cette année portait sur trois thématiques principales : numérisation, talent et flexibilité. En février 2023, SD Worx a collecté des données dans 16 pays européens : Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Au total, 16.011 travailleurs et 4.833 employeurs ont été interrogés et les résultats ont été pondérés afin de garantir une représentation fidèle du marché de l’emploi de chaque pays.

Mots clés

Articles recommandés

On s'interroge si la Belgique est encore un Etat de droit!

Faire appel à des étudiants jobistes : une pratique en hausse dans les PME