Ferez-vous partie des travailleurs (plus d'un million) dont les salaires augmenteront automatiquement ce 1er janvier 2024 ?

C'est officiel : l'indice de janvier calculé par SD Worx pour plus de 140.000 employeurs et plus de 20 secteurs.

Depuis aujourd'hui, on connaît l'indice santé de décembre, qui sert de base à l'indexation automatique des salaires de nombreux secteurs du secteur privé. Les grands secteurs suivants prennent le mois de janvier comme moment fixe pour l'indexation : les employés de la CP200, le transport routier, l'agriculture et l'horticulture, l'industrie alimentaire et le commerce de produits alimentaires, l’horeca, la construction, les sous-traitants de la construction, le nettoyage, le papier et le carton et les secteurs financiers tels que les assureurs. Cela représente au total plus de 140 000 employeurs employant plus de 1,3 million de travailleurs du secteur privé en Belgique.[1]

Le mois de janvier est la période fixe pour l'indexation pour plusieurs secteurs en Belgique. Pour de nombreux secteurs, ce pourcentage dépend de l'indice-santé (lissé) de décembre, qui n'est connu qu'aujourd’hui, à la fin du mois, après publication par Statbel. Pour certains secteurs, il est basé sur l'indice santé (lissé) de fin novembre. D'autres secteurs, comme la chimie et le métal, indexent à un autre moment ou travaillent avec un pourcentage fixe qui est appliqué en cas de dépassement de l'indice pivot.

Commissions paritaires les plus importantes

Les cinq commissions paritaires les plus importantes, avec un moment d'indexation fixe en janvier,représentent ensemble plus d'un million de salariés et plus de 120 000 employeurs :

  1. 1,48 %, c'est ce que représente l’indexation pour le groupe le plus important de plus d'un demi-million d’employés auprès de 57 500 employeurs qui suivent les accords de la CP200. Leur nombre de salariés a augmenté de 21 % depuis 2019. Il s'agit d'une trentaine de secteurs tels que le commerce automobile, l'industrie du béton, les entreprises de construction, les centres d'appel, le conseil, l'imprimerie, les garages, l'industrie du verre, le commerce de gros, l'industrie du bois, les agences de publicité, les agences de voyage, les agences d'études, les entreprises de tabac, les maisons d'édition, les agences d’intérim, les TIC, …
  2. 1,830 % est l'indice de l'industrie hôtelière (CP302), qui compte plus de 158 000 travailleurs chez près de 27 000 employeurs, avec des ouvriers et des employés : ce groupe de travailleurs a connu une croissance de 29 % depuis 2013.
  3. Le secteur de la construction (CP124), qui compte plus de 140 000 travailleurs[2] pour 24 000 employeurs, affiche un indice trimestriel de 0,44753% en janvier.
  4. 1,83 % pour environ 5 200 employeurs de l'industrie alimentaire (CP118 et CP220) qui atteignent la barre des 100 000 salariés, après une croissance de 17 % sur 10 ans.
  5. Même chiffre de 1,83 % pour près de 8.000 employeurs dans le transport routier CP140.03 : il compte quelque 99.000 salariés[3] ; soit une croissance de 30 % en 10 ans.


Les taux d'indexation annuels de janvier 2024 sont nettement inférieurs à ceux de l'année dernière.

--Jean-Luc Vannieuwenhuyse, Expert juridique , SD Worx

Jean-Luc Vannieuwenhuyse du Centre de Connaissances de SD Worx : « Les taux d'indexation annuels de janvier 2024 sont nettement inférieurs à ceux de l'année dernière. Ils varient entre 1 % et près de 2 %, ce qui est le cas pour le secteur de l'horeca, par exemple. Avec le Luxembourg, la Belgique est le seul pays à disposer d'un tel système d'indexation automatique généralisée des salaires. Ce système protège le pouvoir d'achat des travailleurs, mais augmente encore le coût salarial pour les employeurs. Pour la plupart des secteurs, cela signifie aujourd'hui une augmentation du coût salarial brut d'environ 16 % sur trois ans, indépendamment des augmentations de salaire et des primes supplémentaires. »

Aperçu (non exhaustif) :[4]

Secteurs à indexation fixe en janvier (une fois par an) : évolution

Les plus grandes commissions paritaires (CP) - où les salaires augmentent – sont (en indiquant l’indexation de 2023[5] et de 2022[6]) :

Les secteurs suivants sont également indexés en janvier, mais sur base du mois de novembre :

  • La CP200, qui compte environ 516 000 employés, est indexé à 1,48 % ; 11,08 % l'année dernière et 3,58 % en 2022.
  • Les 3 800 employeurs du secteur de la logistique (CP226) doivent augmenter les salaires de 1,13 % (contre 11,19 % et 3,95 % les années précédentes) des 55 000 employés du commerce international. Le commerce de carburant (CP127 avec plus de 1.800 employés) augmente également les salaires de 1,8304% (les deux années précédentes, c’était de 10,9643 % et 3,2189 %).
  • Les secteurs de l’agriculture et de l'horticulture sont également indexés une fois par an, le 1er janvier : en 2024, de 1,83 % pour les ouvriers (CP144 et CP145 regroupant 40 000 salariés chez 8 000 employeurs), après les augmentations de 10,96 % et 3,22 % en 23 et 22.
  • Le commerce alimentaire y compris les bouchers (CP119 avec environ 37.300 salariés et près de 5.500 employeurs) seront indexés de 1,48 % (en plus des augmentations de 11,08% et 3,58% en 2023 et 2022).
  • Les assureurs (CP306)[7] et les intermédiaires en services bancaires et d'investissement (CP341), sont indexés annuellement, ; en janvier 24, ce sera respectivement de 1,13253% (en plus des 11,1905 % en '23 et 3,94541 % en '22) et de 1,48 % (après 11,08 % en '23 et 3,58 % en '22), soit un impact pour 29.000 employés et 1.500 employeurs.
  • En janvier, plusieurs sous-traitants du secteur de la construction vont connaître des augmentations de salaires : les électriciens (CP149.01 avec près de 28.000 travailleurs[8]) de 1,13 % (après des indexations de 11,19 % en 2023 et de 3,95 % en 2022). Les fabricants de tuiles (CP113.04) sont également en hausse en janvier (indice de 1,13 %, en plus des indices de 11,19 % et 3,94 % des années précédentes).
  • Les salaires dans le secteur de la gestion d'immeubles, des agents immobiliers et des domestiques (CP323 avec quelque 13 700 employés et 6 200 employeurs) augmenteront de 1,48 % au 1er janvier 2024. Une indexation de 11,08 % et de 3,58 % a également été appliquée les années précédentes.
  • Dans le secteur de l'hôtellerie et de l’horeca (CP302), l'indexation automatique des salaires n’intervient qu'une fois par an, en janvier : les salaires augmentent de près de 2 %, soit 1,830 % pour plus de 158 000 travailleurs. L'année dernière, l'indexation était de 10,964 % et en 2022, de 3,219 %.
  • L'industrie alimentaire (CP118 et CP220, représentant ensemble plus de 100 000 travailleurs) doit également indexer les salaires de 1,83 %, en plus de l'indexation de 10,96 % de l'année dernière et de 3,22 % en 2022.
  • Le transport routier pour compte d'autrui de la C140.03 avec 99.000 salariés a également un indice de 1,83 %, en plus de l'indice de l'année dernière de 10,96 %.

Évolution des secteurs avec plusieurs indexations par an, dont une en janvier

Pour certains secteurs, c'était il y a moins d'un an : l’indexation de ces secteurs se déroule plusieurs fois par an, mais c'est aussi le cas maintenant en janvier :

  • Le secteur de la construction (CP124), qui compte environ 140 800 travailleurs, indexe trimestriellement et ces entreprises voient à nouveau les salaires augmenter de 0,44753 % en janvier (à titre de comparaison, 3,3266 % ont été ajoutés en janvier 2023 et 1,41747 % en janvier 22[9]). Au total, le secteur de la construction a augmenté de 4,74407 % en 2023 en raison des deux indexations initiales (3,32660 % et 1,41747 %). L'industrie du bois, qui compte environ 23 000 travailleurs, a également janvier comme période fixe pour l'indexation (CP125 et CP126), avec des augmentations de respectivement 3,32 % et 3,33 % au premier trimestre 2023. L'indexation pour le 1/1/24 dans la CP126 est de 1,48 %. Pour la CP125, une indexation de 0,44 % est prévue pour les salaires minima.
  • Le secteur du nettoyage (CP121 avec plus de 50.000 employés chez 2.400 employeurs) prévoit une indexation deux fois par an, c'est-à-dire en juillet et maintenant à nouveau en janvier, soit une augmentation de 0,93 % (à titre de comparaison, le 23 janvier l’augmentation était de 5,70 % et le 22 janvier de 2,76 %).
  • Les travailleurs du secteur bancaire (CP310) indexent les salaires minimums tous les deux mois ; en janvier 24, cela signifie une augmentation de 0,21 % (contre 1,87 % l'an dernier et 1,3 % en 2022) ;
  • Les commissions paritaires actives dans la transformation du papier et carton sont également indexées chaque année au 1er janvier pour environ 8.000 salariés de 335 employeurs : cette année, 0,98 % de plus, après les 5,89 % et 2,98 % des deux dernières années (pour les CP136 et CP222).

References

[1] Source : sur la base des chiffres les plus récents de l'ONSS (deuxième trimestre 2023) Évolution de l'emploi selon la commission paritaire | ONSS

[2]L' indexation dans les CP 124, 140.03 et 306 se fait sur les salaires minima, mais la différence entre les travailleurs barémisés et ceux qui sont payés au-dessus du barème est maintenue, de sorte que tous les travailleurs sont concernés.

[3]L' indexation dans les CP 124, 140.03 et 306 se fait sur les salaires minima, mais la différence entre les travailleurs barémisés et ceux qui sont payés au-dessus du barème est maintenue, de sorte que tous les travailleurs sont concernés.

[4] D'autres secteurs sont indexés au 1er janvier, soit sur la base d'un moment fixe, soit parce qu'ils dépassent l'indice pivot.

[5] Le 1er janvier, les salaires de plus d'un million de travailleurs augmentent de 11,08 % | SD Worx

[6] Un nombre record de secteurs sont confrontés à un indice élevé le 1er janvier 22 | SD Worx

[7] L' indexation dans les CP 124, 140.03 et 306 se fait sur les salaires minima, mais la différence entre les travailleurs barémisés et ceux qui sont payés au-dessus du barème est maintenue, de sorte que tous les travailleurs sont concernés..

[8] Centre de soutien Work 2020

[9] En raison d'une indexation négative mathématique (qui n'est pas appliquée en cas de baisse des salaires), il n'y a pas eu d'indexation salariale en juillet et en octobre, mais il y a eu une indexation positive en janvier : 0,4475 %. Ce chiffre « inclut » l'indexation négative antérieure.


Source : SD Worx, presse, 22 décembre 2023

Mots clés

Articles recommandés

Nouvel arrêté royal sur l'ergonomie au travail et la prévention des TMS

Marché du travail, en forme ou pas ?

Démarrage prudent des flexijobs dans les nouveaux secteurs - intérêt marqué des pensionnés pour la formule