Le salaire reste le facteur le plus déterminant pour accepter un emploi, selon le Guide des Salaires 2024

La guerre des talents ne semble en rien ralentir. Le marché du travail continue de se redresser fortement, mais la recherche de talents qualifiés demeure néanmoins compliquée. La raison : le taux de chômage historiquement bas. De plus, la rétention et l'attraction du personnel préoccupent naturellement les entreprises, comme le révèle une étude réalisée dans le cadre du dernier Guide des Salaires du spécialiste en recrutement, Robert Half.

TELECHARGEZ LE GUIDE DES SALAIRES 2024


Attraction - rétention

Malgré les perspectives de croissance positives des entreprises en 2024,la rétention et l'attraction de talents demeure le plus grand défi sur le marché du travail actuellement tendu.

Selon le nouveau Guide des Salaires de Robert Half, spécialiste en recrutement, 82 % des employeurs s'inquiètent de l'attraction de nouveaux talents. Un manque de flexibilité, un manque d'avantages extralégaux compétitifs et un déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée sont à la base de leurs préoccupations.

De plus, 84 % des employeurs sondés s'inquiètent de la rétention du personnel. Les principales raisons en sont les suivantes : charge de travail intense, concurrence féroce et taux élevé de burn-out.

Enfin, le facteur qui suscite de l’inquiétude au coeur de cette guerre des talents persistante, autant pour l'attraction que la rétention des employés, est l’incapacité d’offrir un salaire compétitif.

Pour attirer des talents malgré ces incertitudes, les employeurs proposent souvent des offres conformes aux tendances du marché. Selon l’enquête menée dans le cadre du Guide des salaires, les trois éléments suivants sont actuellement les plus couramment proposés par les employeurs, en dehors d’un salaire plus élevé : des opportunités de développement professionnel (37 %), des conditions de travail flexibles comme le télétravail (35 %) et davantage de congés payés (30 %). Ces avantages sont généralement offerts à l'ensemble du personnel, mais une approche personnalisée pourrait être plus bénéfique. Joël Poilvache, Regional Managing Director chez Robert Half, explique :

« Il est indéniable que le salaire compétitif reste l'un des atouts les plus importants dans l’attraction et la rétention des talents. Cependant, pour certains employeurs, il peut être difficile d'augmenter les salaires. Une façon d'offrir un avantage compétitif aux employés est d'écouter ce dont ils ont besoin, individuellement. Il n'existe pas de package salarial universel qui conviendrait à tout le monde, car chaque employé est un profil unique. Il est donc crucial que les attentes de l'employeur et de l'employé soient alignées. Cependant, il arrive parfois que cela ne soit pas aussi évident. Ce sont ces divergences qui entraînent le mécontentement de l'employé et la frustration de l'employeur. Bien sûr, cela complique l'attraction et la rétention des talents mais, au moyen d'une conversation ouverte, l'employeur peut en apprendre plus sur les besoins et les volontés uniques de l'employé et essayer d'y répondre au mieux. »

Le salaire est roi, mais il n'est pas le seul souverain

Selon Robert Half, la clé du succès pour une acquisition et une rétention des talents réussies réside dans la compréhension des principaux points de friction. Selon une enquête, 59 % des employés indiquent que le salaire insuffisant est la principale raison de refus d’une offre d'emploi. Cependant, aux yeux des employés, l'aspect financier est loin d’être le seul facteur de décision. Des facteurs tels que la localisation de l'entreprise, le manque de flexibilité au travail, les opportunités de croissance limitées ou encore une culture d'entreprise qui laisse à désirer ont également un impact significatif.

« Bien que le salaire compétitif soit le facteur le plus important selon les employés, la valeur que vous pouvez offrir à vos employés va au-delà de la simple rémunération financière. Par exemple, l'emplacement de l'entreprise joue toujours un rôle majeur dans l'acceptation d'un emploi, ce qui peut sembler surprenant à une époque où le télétravail est devenu monnaie courante. Cela peut indiquer que les employés sont amenés à retourner plus fréquemment au bureau. Par conséquent, il est important d'offrir un environnement de travail attrayant qui favorise la croissance, le développement et le bien-être. Investissez dans la formation et le développement personnel, offrez des horaires de travail flexibles et reconnaissez leur engagement. Un employé engagé et satisfait est souvent disposé à s'investir pleinement dans le succès de l'entreprise, même si le salaire n'est pas le plus élevé. Créez un environnement où les employés se sentent valorisés et entendus, et vous verrez que la guerre des talents peut toujours être "gagnée". », ajoute Joël Poilvache.

La transparence salariale pour un impact positif

Un salaire compétitif reste donc important et continuera de l'être à l’avenir. À cet égard, autant les employeurs que les employés peuvent compter sur le soutien de l'Union Européenne (UE). En effet, l'UE a récemment adopté une réglementation visant à rendre la transparence salariale plus accessible et poussée. Si les employés disposent d’une meilleure visibilité sur la manière dont leur salaire est déterminé et qu’ils estiment que le processus est équitable, ils se sentiront plus valorisés et plus engagés. Cela profite également à l'employeur en renforçant le moral, la productivité et la satisfaction globale au travail. Les employés réagissent d’ailleurs déjà favorablement à cette idée : 64 % estiment ainsi que davantage de transparence salariale aurait un effet positif sur la culture d'entreprise, et 58 % d’entre eux confirment que davantage de transparence simplifierait les négociations salariales. Il faut cependant noter que 49 % des employés s'inquiètent du fait que davantage de transparence pourrait entraîner des tensions entre les travailleurs.

« La transparence salariale comporte des avantages et des inconvénients. Il est important pour les employeurs et les employés de traiter ce sujet avec prudence et surtout de tenir compte du contexte afin d'éviter les malentendus et les frustrations. Idéalement, ce sujet devrait être discuté lors d'un entretien privé entre le responsable des ressources humaines et le salarié, en fournissant des explications et une perspective suffisantes. Une politique salariale claire et équitable est essentielle au sein de toute entreprise, surtout sur le marché actuel. Elle contribue à un environnement de travail sain et productif et soutient le succès à long terme d'une entreprise. », conclut Joël Poilvache de Robert Half.

Vous désirez en savoir plus sur les tendances du marché du travail ?

Nous vous invitons à consulter le Guide des Salaires 2024, ici.

À propos de l’enquête

Robert Half a mené une enquête de juin à juillet 2023 auprès de 1 500 répondants à l'aide d'une méthode de collecte de données en ligne. Les répondants représentent des employeurs (n=500) et des employés (n=1000) dans les domaines financiers, des ressources humaines, des opérations/administratifs et techniques (n=375 dans chaque domaine). Les répondants proviennent d'un échantillon de PME (n=750) et de grandes entreprises (n=750). Ils sont issus des secteurs public, privé et des entreprises cotées en bourse dans les trois régions de Belgique (Bruxelles/Flandre/ Wallonie).

À propos de Robert Half

Robert Half, qui fait partie du S&P 500, est la première et la plus grande agence de recrutement spécialisée au monde. La société a été fondée en 1948 et compte plus de 300 bureaux dans le monde, dont 11 en Belgique. Robert Half propose des solutions de recrutement sur mesure pour des missions temporaires, permanentes et de management intérim destinées aux professionnels spécialisés dans la finance et la comptabilité, l'administration, les ressources humaines, le service à la clientèle et l’IT. Plus d'informations sur roberthalf.be.

Mots clés

Articles recommandés

Prévisions économiques du printemps 2024: une expansion progressive dans un contexte de risques géopolitiques élevés

Inflation en hausse : 4.9% en avril contre 3.8% en mars et 3.6% en février

Avril 2024 : 925 faillites ont été comptabilisées par les tribunaux de l'entreprise.