Faire face aux risques climatiques afin de protéger les populations et la prospérité

La Commission européenne a publié ce 12 mars une communication sur la gestion des risques climatiques en Europe. Celle-ci explique comment l'UE et ses États membres peuvent mieux anticiper, comprendre et traiter les risques climatiques croissants et comment ils peuvent élaborer et mettre en œuvre des politiques qui sauvent des vies, réduisent les coûts et protège la prospérité dans l'ensemble de l'UE.

Contexte

La communication fait référence à la toute première évaluation européenne des risques climatiques (EUCRA), un rapport scientifique élaboré par l'Agence européenne pour l'environnement. Ensemble, elles constituent un appel à l'action pour tous les niveaux de gouvernement, ainsi que pour le secteur privé et la société civile. Elles définissent clairement le degré d'exposition de tous les grands secteurs et domaines politiques aux risques liés au climat, la gravité de ces risques et l'urgence de les gérer, ainsi que l'importance d'une clarification des responsabilités en matière de gestion de ces risques.

EXECUTIVE SUMMARY European climate risk assessment TH-AL-24-001-EN-N.pdf [4.2 MB]

European Climate Risk Assessment report - UNEDITED [13.7 MB]


2023 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée. Selon le rapport de février du service Copernicus sur le changement climatique, la température moyenne de la planète au cours des 12 derniers mois a dépassé le seuil de 1,5 degré fixé dans l'accord de Paris. Parallèlement aux mesures globales prises par l'UE pour réduire ses émissions et limiter le changement climatique, nous devons égalementagir pour nous adapter à des changements déjà inévitables et pour protéger les populations et la prospérité. Selon l'enquête Eurobaromètre, 77 % des Européens considèrent le changement climatique comme un problème très grave, et plus d'un Européen sur trois (37 %) se sent déjà personnellement exposé aux risques climatiques.

Cette communication présentée aujourd'hui montre comment l'UE peut anticiper efficacement les risques et renforcer sa résilience climatique. La Commission propose une série de mesures et travaillera avec les autres institutions de l'UE, les États membres, les autorités régionales et locales, les citoyens et les entreprises pour donner suite à ces suggestions.


Renforcer la résilience climatique de la société européenne

La communication de la Commission souligne à quel point les mesures visant à améliorer la résilience climatique sont essentielles au maintien des fonctions sociétales et à la protection des personnes, de la compétitivité économique et de la santé des économies et des entreprises de l'UE. Ces mesures sont également indispensables pour assurer une transition juste et équitable. Investir dès le départ pour réduire notre vulnérabilité au risque climatique entraînera des coûts bien inférieurs aux sommes considérables nécessaires pour se remettre des effets climatiques tels que les sécheresses, les inondations, les incendies de forêt, les maladies, les mauvaises récoltes ou les vagues de chaleur. Selon des estimations prudentes, ces dommages pourraient sinon réduire le PIB de l'UE d'environ 7 % d'ici la fin du siècle. Les investissements dans des bâtiments, des transports et des réseaux énergétiques résilients au changement climatique pourraient également créer d'importants débouchés commerciaux et bénéficier plus largement à l'économie européenne, en générant des emplois hautement qualifiés et des énergies propres abordables.

Afin d'aider l'UE et ses États membres à faire face aux risques climatiques, la communication recense quatre grandes catégories d'actions:

  • Une amélioration de la gouvernance: La Commission appelle les États membres à veiller à ce que la compréhension des risques et des responsabilités soit améliorée, sur la base des meilleures connaissances disponibles et du dialogue. L'identification des «propriétaires de risques» est une première étape essentielle. La Commission appelle à une coopération plus étroite entre les niveaux national, régional et local en matière de résilience climatique afin de garantir que les connaissances et les ressources sont mises à disposition là où elles sont les plus efficaces. La résilience climatique est de plus en plus abordée dans toutes les politiques sectorielles, mais des lacunes persistent dans la planification et la mise en œuvre au niveau national. La communication relève que les États membres ont commencé à inclure la résilience climatique dans leurs plans nationaux en matière d'énergie et de climat (PNEC).
  • De meilleurs outils pour donner aux propriétaires de risques les moyens d'agir: les décideurs politiques, les entreprises et les investisseurs doivent mieux comprendre les liens entre les risques climatiques, les investissements et les stratégies de financement à long terme. Cela peut envoyer les bons signaux du marché et aider à combler les lacunes actuelles en matière de résilience et de protection. La Commission améliorera les outils existants afin d'aider les autorités régionales et locales à mieux se préparer grâce à des données robustes et solides. La Commission et l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) donneront accès aux données, produits, applications, indicateurs et services granulaires et localisés essentiels. Pour répondre aux situations d'urgence, le service d'alerte d'urgence par satellite de Galileo (EWSS) sera disponible en 2025 pour transmettre des informations d'alerte aux personnes, aux entreprises et aux pouvoirs publics, même en cas de défaillance des systèmes d'alerte terrestres. Les principales lacunes en matière de données seront réduites grâce aux propositions de loi sur la surveillance des forêts et sur la surveillance des sols, qui amélioreront les outils d'alerte précoce pour les incendies de forêt et autres catastrophes et contribueront à des évaluations plus précises des risques. Plus généralement, la Commission encouragera l'utilisation des systèmes de suivi, de prévision et d'alerte disponibles.
  • Exploiter les politiques structurelles: les politiques structurelles des États membres peuvent être utilisées efficacement pour gérer les risques climatiques. Trois domaines de politique structurelle sont particulièrement prometteurs pour la gestion intersectorielle des risques climatiques: un meilleur aménagement du territoire dans les États membres; intégrer les risques climatiques dans la planification et la maintenance des infrastructures critiques; relier les mécanismes de solidarité au niveau de l'UE, tels que le MPCU, le Fonds de solidarité de l'UE et les investissements structurels relevant de la politique de cohésion, aux mesures de résilience nationales appropriées. Les systèmes et moyens de protection civile doivent être pérennisés en investissant dans la gestion des risques de catastrophe de l'UE et des États membres, dans des capacités de réaction et des compétences pouvant être rapidement déployées au-delà des frontières. Les risques climatiques devraient être pleinement intégrés dans les processus de gestion des risques de catastrophe.
  • Conditions préalables adéquates pour le financement de la résilience climatique: la mobilisation de financements publics et privés suffisants pour la résilience climatique sera essentielle. La Commission est prête à aider les États membres à améliorer et à intégrer la budgétisation axée sur le risque climatique dans les processus budgétaires nationaux. Afin de garantir la résilience climatique des dépenses de l'UE, la Commission intégrera les considérations relatives à l'adaptation au changement climatique dans la mise en œuvre des programmes et des politiques de l'UE, dans le cadre du principe consistant à «ne pas causer de préjudice important». La Commission convoquera un groupe de réflexion temporaire sur la mobilisation du financement de la résilience climatique. Le groupe de réflexion réunira des acteurs industriels clés et des représentants d'institutions financières publiques et privées afin de réfléchir à la manière de faciliter le financement de la résilience au changement climatique. La Commission appelle les États membres à tenir compte des risques climatiques lorsqu'ils incluent des critères de durabilité environnementale dans les appels d'offres concurrentiels pour les marchés publics, par exemple au moyen du règlement pour une industrie «zéro net».

D'un point de vue sectoriel, la Commission présente des suggestions d'action concrètes dans six grands domaines d'impact: les écosystèmes naturels, l'eau, la santé, l'alimentation, les infrastructures et l'environnement bâti, ainsi que l'économie. La mise en œuvre de la législation existante de l'UE est un préalable important à la bonne gestion des risques dans bon nombre de ces domaines, et des mesures clés sont décrites dans la communication.

Si la communication se concentre sur la gestion des risques climatiques au sein de l'Union européenne, l'UE est également active au niveau international dans la lutte contre les risques climatiques, et une grande partie de notre financement international en faveur du climat est consacrée à des mesures d'adaptation. La Commission continuera à partager son expérience, ses connaissances et ses outils en matière de gestion des risques climatiques au niveau international et à inclure la gestion des risques climatiques dans les discussions bilatérales et multilatérales.

Faits et constats

Une accélération sans précédent du changement climatique en 2023 a entraîné un réchauffement de la planète de 1,48 °C par rapport aux niveaux préindustriels, ainsi qu'une hausse des températures océaniques et une fonte des glaces dans l'océan Antarctique qui ont largement battu tous les records. La température de l'air de surface a augmenté encore plus fortement en Europe, la dernière moyenne sur cinq ans s'établissant à 2,2 °C au-dessus de l'ère préindustrielle. L'Europe se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde.

Pour éviter les pires conséquences du changement climatique et protéger les vies, la santé, l'économie et les écosystèmes, les émissions doivent être réduites. Bien que l'UE prenne des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les effets sur le climat se font déjà sentir et les risques continueront d'augmenter. Les mesures d'adaptation au changement climatique sont par conséquent également essentielles.

L'évaluation européenne des risques climatiques recense 36 risques climatiques majeurs pour l'Europe répartis en cinq grands domaines: les écosystèmes, l'alimentation, la santé, les infrastructures et l'économie. Plus de la moitié des risques recensés nécessitent des mesures supplémentaires dès maintenant, et huit d'entre eux sont particulièrement urgents, principalement pour préserver les écosystèmes, protéger les populations contre la chaleur, protéger les personnes et les infrastructures contre les inondations et les incendies de forêt.

Depuis l'adoption de la première stratégie d'adaptation de l'UE en 2013 et de la stratégie d'adaptation actualisée en février 2021 sous l'égide de la Commission von der Leyen, l'UE et ses États membres ont accompli des progrès considérables dans la compréhension des risques climatiques auxquels ils sont confrontés et dans leur préparation à ces risques. Les évaluations nationales des risques climatiques sont de plus en plus utilisées pour éclairer l'élaboration des politiques d'adaptation au changement climatique. Toutefois, la préparation de la société est encore faible en raison du décalage entre l'élaboration et la mise en œuvre des politiques et l'augmentation rapide des niveaux de risque.

Pour en savoir plus

Communication sur la gestion des risques climatiques en Europe

Synthèse — Évaluation européenne des risques climatiques (EUCRA)

Rapport sur la prévention et la gestion des risques de catastrophes en Europe

Questions et réponses

Fiche d'information

Stratégie d'adaptation de l'UE

Loi européenne sur le climat

Mission de l'UE «Adaptation au changement climatique»

Plateforme européenne d'adaptation au changement climatique (Climate-ADAPT)

Mots clés

Articles recommandés

Focus sur le rapport d’entreprise 2023 de la BNB

Questions et réponses sur la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB)